Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1340

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


336 MORALE A EUDÈME.

la foule incapable de juger, soit au contraire de gens qui méritent qu'on tiennent compte d'eux , et aussi, selon l'objet auquel il s'adresse. La grandeur de l'honneur ne tient pas seulement au nombre, ni même à la qualité de ceux qui vous honorent; elle tient surtout à ce que l'honneur que l'on reçoit est vraiment de prix. En réalité, le pouvoir et tous les autres biens ne sont précieux et dignes de recherche, que quand ils sont véritablement grands. Comme il n'y a pas une seule vertu sans gran- deur, chaque vertu semble rendre les hommes, magna- nimes dans la chose spéciale qui la concerne, ainsi que nous l'avons déjà dit. § 11. Mais ceci n'empêche pas qu'il n'y ait, en dehors de toutes les vertus, une certaine vertu distincte qui est la graudeur d'âme, de même qu'on appelle du nom spécial de magnanime celui qui possède cette vertu particulière. Or, comme parmi les biens il y en a qui sont très-précieux, et d'autres qui ne le sont que dans la mesure où nous l'avons dit antérieurement, et qu'en réalité, de tous ces biens, les uns sont grands, et les antres petits ; comme réciproquement parmi les hommes, il s'en trouve qui sont dignes de ces grands biens et qui s'en croient dignes ; c'est dans leurs rangs

��cela que se trompe si souvent la va- )ious l'aiwiis déjà dit. Ceci est in

nité; elle se laisse séduire aux bon- etfet une répétition de ce qui vient

neurs les plus frivoles et à tous d'être dit un peu plus haut, § 5. les mensonges de la flatterie. — $ ii. Une certaine vertu distincte.

Que quand ils sont véritablement Et voilà comment Aristote a pu en

grands. Sentiments nobles et élo- faire dans la Morale ù Niconia(iue

vés; mais il n'y a qu'une grande celte admirable peinture. — Oit noiis

Ame qui sache faire un choix raison- Cavonsdit antérieurement. Voir plus

uable de tous ces biens. — Ainsi que haut, livre I, ch. 2, § 2.

�� �