Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/1507

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DES MATIERES.

��503

��Epicl'réisme adopte une fausse définition de la vertu, N, H, 3,

6,71.

Equité, définition de 1' ( ), G, TI, 2, 1 et suiv.

Erix ou Eryx, ville de Sicile, N, III, 11, 10, 11. — Ville de Si- cile, E, III, 2, 12, n.

Erreur n'est jamais absolue, ^, I, 6, 6, n.

Eschyle révèle indiscrète- ment les Mjstères, ]\, m, 2, 5. —Ses pièces perdues, où il révé- lait les m3stères, N, III, 2, 5, n.

Esclave, rôle de r(),N, VIII, 11, 5. — II n'y a pas d'amitié possible envers lui, id., ibicl., 6.

Esclave ne peut jouir du bon- heur, N, X, 6, 7.

EscLavES trop zélés. G, II, 8. 2Zi.

Espéraaxe, plaisir pour l'ave- nir, N, IX, 7, 6.

Espoir, r ( ) donne souvent du courage, N, III, 9, 13.

Esprit de Société, théorie de r (),N, IV, 6, 1 et suiv.

Estime, I' ( ) ne va guère sans l'amitié, X, YIII, 8, 2.

Etat, 1' ( ) ne vit comme les ijidividus que par la modération, Pr. Lxxix. — Ressemble à la famille, X, YIII, 10, li. — Limites de r ( ) quant au nombre des citoyens, X, IX, 10, 3. — Ses rapports aux individus, qui le composent, X, VIII, 9, 6. — L' ( ) ne doit pas avoir sur les indi- vidus autant de pouvoir que les

��anciens lui en donnaient, X, 1, 2, 1, n. — V n'est qu'une association, E, VII, 9, 1.

Etat par excellence, X, X, 10, 23.

Etat, l'homme d'f ) doit con- naître les choses de l'âme, X, 1, 11, 7.

Etats, les ( ) ont besoin de l'amitié pour subsister, X, VIII, 1,U.

Être, acceptions diverses de ce mot, E, I, 8, 7.

Etude de la nature, X, VII, 13, 5.

Etymologie mauvaise donnée par Aristote, N, VII, 11, 2, n.

EuDÈME, ses travaux suivant ,

\I. Spengel, Pr. ccxcvi. — Sup-

posé à tort l'auteur de la florale à Eudème, Pr. cccv. — Voyez Spengel, Fischer, et Fritzsch.

EuDOXE, sa théorie du plaisir justifiée sur un point, X, I, 10, 5 et 71. — Sa théorie du plaisir, X, V, 2, 1 et suiv. — Citations probables qu'en fait xVristote, id., ibid. — Cité, X, X, 2, 18, n. — X, X, 2, 13. — Réfuté peut- être dans le Philèbe de Platon, X, X, 2, 13, n. — Ses théories morales. G, I, 1, 9, n. — Cité, E, 1, 1. 7, n. — Cité par Diogène de Laërte, Pr. cclxxv.

EuRiPE, son flux et son reflux, X, IX, 6, 3.

Euripide, son Alcméon cité par Aristote, X, lU, 1, 8. —Vers d' ( ) cités, X, V, 9, 1, n. — Vers

�� �