Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/342

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


cr.cxxxiv DISSERTATION PREUMINAIUE.

trois Ouvrages, comme le veut M. Brandis, et commo on l'a toujours fait, pour l'exposition de la Morale d'Aris- tote. En un mot, elles sont suffisantes et ne compro- mettent rien.

En publiant la Politique, voilà près de vingt ans, j'ai pu, en me fondant sur le texte même, déplacer quatre livres et remettre le monument entier dans un ordre meilleur, où il nous apparaît comme Aristote lui-même, je crois, a voulu le montrer. En étudiant la Morale, je n'ai pu trouver des motifs plausibles de décision aussi positive, et j'aime mieux ici passer pour un peu timide que de risquer une témérité.

�� �