Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/477

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE II.

THÉORIE DE LA VERTU.

CHAPITRE PREMIER.

De la distinction des vertus en vertus intellectuelles et vertus morales. La vertu ne se forme que par l’habitude ; la nature ne nous donne que des dispositions, que nous convertissons en qualités précises et déterminées par l’emploi que nous en faisons. C’est en faisant qu’on apprend à bien faire. — Importance souveraine des habitudes ; il faut en contracter de bonnes dès la plus tendre enfance.


§ 1. La vertu étant de deux espèces, l’une intellectuelle et l’autre morale, la vertu intellectuelle résulte presque toujours d’un enseignement auquel elle doit son origine et ses développements ; et de là vient qu’elle a besoin d’expérience et de temps. Quant à la vertu morale, elle naît plus particulièrement de l’habitude et des mœurs ; et c’est du mot même de mœurs que, par un léger changement, elle a reçu le nom de morale qu’elle

Ch. I. Gr. Morale, livre I, ch. 6 ;

En grec le rapprochement est plus

et Morale à Eudème, livre II, ch. 1.

frappant; le mot qui signifie l’habi-

§ \. D’un enseignement, qu’on re-

tude et le mot qui signifie la morale,

çoit d’autrui ou qu’on se donne à soi-

sont à peu près identiques ; et la seule

même. — Par un léger changement,

différence qu’il y ait enlr’eux, c’est