Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/619

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIVRE IV, CH. m, § 21. 97

périls ; il ne recherche pas non plus les périls ordinaires, parce qu'il est bien peu de chose que son âme estime. Mais il affronte les vrais et grands dangers ; et dans ces occasions, il fait sans hésiter le sacrifice de sa vie, parce que la vie ne lui paraît pas valoir qu'on la con- serve à tout prix. § 20. Tout en étant capable de faire du bien aux autres , il rougit du bien qu'ils lui font ; car il y a supériorité dans le premier cas, et infério- rité dans l'autre. Par suite, il rend toujours plus qu'il n'a reçu ; car de cette façon , celui qui lui avait rendu service, lui devra quelque chose à son tour , efdeviendra son obligé. § 21. Aussi, les magnanimes se rappellent plutôt les gens qu'ils ont obligés, que ceux qui les ont obligés eux-mêmes , parce que l'obligé est toujours un peu au-dessous du bienfaiteur, et que le magnanime recherche en tout la supériorité. Il se plaît au souvenir des uns, et souffre avec quelque peine le souvenir des autres. Voilà pourquoi Thétis se garde bien de rappeler en détail à Jupiter les services qu'elle lui a rendus, de

��§ dO. Les -petits périls. Qui ne sont rappelle à Jupiter les services qu'elle

pas à la hauteur de son courage. lui a jadis rendus, mais sans en

§ 20. Il rougit du bien qu'ils lui citer un seul spécialement C'est

font. L'expression est peut-être un aussi ce que Crent les Lacédémo-

peu forte. Ce qui est wai, c'est que niens dans la circonstance à laquelle

le magnanime n'aime pas à recevoir Aristote fait allusion. Ils dirent qu'ils

de services, et qu'il préfère de beau- ne se rappelaient plus les services

coup en rendre. qu'ils avaient autrefois rendus à

§ 21. Pane que l'obligé est tau- Athènes , mais qu'ils se souvenaient

jours un peu au-dessous. Répétition parfaitement de ceux qu'ils en avaient

de ce qui vient d'être dit plus haut, reçus. Telle est la version d'Eustrate,

— Thétis. Voir l'Iliade, chani I, qui s'appuie sur le témoignage de

V. 503 et suiv. J'ai ajouté « en dé- Callisthène dans son Histoire grecque,

tail » parce que dans Homère, Thétis Ce n'est pas tout à fait celîe deXéno-

7

�� �