Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/674

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


152 MORALE A NICOMAOUE.

��CHAPITRE V.

La réciprocité ou le talion ne peut être la règle de la justice; erreur des Pythagoriciens. — La réciprocité proportionnelle des services est le lien de la société. Règle de l'échange : rôle de la monnaie dans toutes les transactions sociales; cette fonc- tion de la monnaie, mesure commune de tout, est purement conventionnelle. — Définition générale de la justice et de l'in- justice.

§ 1. La réciprocité, le talion paraît à quelques per- sonnes être le juste absolu. C'est la doctrine des Pytha- goriciens, qui ont défini le juste, en disant d'une manière absolue : (c Que c'est rendre exactement à autrui ce qu'on en a reçu. » Mais le talion ne s'accorde, ni avec la justice distributive, ni avec la justice réparatrice et répressive, g 2. Pourtant l'on insiste, et l'on prétend que le talion, c'est la justice de Rhadamante :

« Souffrir ce qu'on a fait, c'est la bonne justice. »

§ 3. Mais il y a bien des cas où cette doctrine est en dé-

��Clu V. Gr. Morale, livre I, ch. portionnelle, — Souffrir ce qu'on a

31; Morale à Eudème, livre IV, /"mf... On ne sait de qui est ce vers,

ch. 4. que quelques commentateurs attii-

§ 1. La réciprocité, le talion. J'ai buent à Hésiode. On ne le trouve pas

dû mettre ces deux mois pour rendre dans ses œuvres,

toute la force du mot unique qu'em- § 3. Bien des cas où cette doc-

ploie le texte. — C'est la doctrine trine est en défaut. Ceux que cite

des Pythagoriciens. Qui ont insisté Arislote ne sont pas les plus frap-

cependant aussi sur la justice pro- pants.

�� �