Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/790

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


268 MORALE A MCOMAQL'E.

��CHAPITRE VI.

I/intempérance en fait de colère est moins coupable queTinteai- pérance des désirs. Le désir est plus dénué de raison encore que la colère. Exemples divers. — Trois classes différentes de plaisirs; la condition des brutes est moins basse que celle de l'homme dégradé par le \ ice.

§ 1. Faisons voir aussi qu'il est moins honteux de céder avec intempérance à la colère, que de se laisser dominer par l'emportement de ses désirs. A mon avis, la colère qui nous enflamme le cœur entend encore la raisoii dans une certaine mesure. Seulement, elle l'entend mal, comme ces serviteurs qui trop prompts dans leur zèle se mettent à courir avant d'avoir entendu ce qu'on leur dit, et se trom- pent ensuite sur l'ordre qu'ils exécutent; et comme les chiens qui, avant de voir si c'est un ami qui vient, aboient par cela seul qu'ils ont entendu du bruit, g 2. C'est là ce que fait le cœur , qui cédant à son ardeur et à son impé- tuosité naturelle, et par cela seul qu'il a entendu quelque chose de la raison sans avoir entendu l'ordre entier qu'elle lui donne , se précipite à la vengeance. Le raisonnement ou l'imagination lui a révélé qu'il y a une insulte ou un dédain ; et aussitôt, le cœur, concluant par une sorte de syllogisme qu'il faut combattre cet ennemi, entre en lu-

��Ch. VI. Gr. Morale, livre II, ch. 8 ; exemple est reproduit dans la Grande

Morale à Eudème, livre M, ch. 6. Morale, et il y est un peu plus déve-

§ 1. Comme CCS serviteurs. Cet Icppé. — Ei comme les chiens. Corn-

�� �