Page:Arnac - Le Brelan de joie.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


barde partie ! Cours après, romanichel appliqué à quelque rapine ! Coursaussi, femme conglutinante ! Cours ! cours ! Hameaux, forêts, ruisseaux, vil- lages sont traversés à la grosse. L’ha- ridelle, que nos trois compères ont cru, du fouet, désendormir, ne s’est pas encore éveillée ; elle rêve qu’elle a le feu au cul !

— Voilà, dit le meunier, un roussin sur qui on peut se fier ; il sait ce que trotter veut dire…

Et lâchant brides et houssine, il furète en la voiture et découvre : tarots, gobelets, almanachs, et har- nachements infernaux.

— Si nous nous mettions devins ? dit-il… serait-ce point belle façon de rire ?

Le moine répond comme l’abbé chante ; les deux autres opinent du bonnet.

Mâchepoule dit :

— Je serai guérisseur et vendrai des dictâmes !