Page:Artin Pacha - Contes populaires inédits de la vallée du Nil, 1895.djvu/255

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XX


LA FILLE DU MENUISIER



Il y avait autrefois un menuisier qui remerciait continuellement le Très-Haut de lui avoir donné une fille d’une beauté rare.

Il demeurait en face du palais du sultan de leur ville.

Un beau jour il eut envie d’aller en pèlerinage à la Mecque.

Il prépara à cet effet tout ce dont il avait besoin et se mit en route, accompagné de sa femme et de son fils, en laissant sa fille seule à la maison.

De crainte qu’il ne lui arrivât malheur, il cloua toutes les portes avant de partir.

Le lendemain la fille monta sur un arbre du jardin et dit : « Bonjour, ô mon arbre, ô mon bon jujubier ! Saurais-tu quand mon père et mon frère reviendront ? »