Page:Asselin - 1918-08-13 - 06M CLG72B1 26 10 13-08-1918.djvu/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


13 août au soir
18
Ma chère femme,

Je crois que les Canadiens ont eu – comme il fallait s’y attendre – des pertes considérables. Je ne serais pas surpris si le colonel avait un bataillon au front ; il est mandé à Londres demain. J’ai demandé officiellement à partir pour le 5e, le 14e, le 24e ou le 84e, tous bataillons de Montréal ; xxxxxxx la réponse ne devrait tarder. Je ne vais plus à l’hôpital, mon genou ayant pris un mieux sensible. En attendant que mon cas se décide, xxxxxxxon me donne le commandement des conscrits dans un nouveau camp de quarantaine qui xxxxxxx vient ⁁de s’établir près d'ici à une vingtaine de milles d’ici. La chose ne me convient guère, mais on manque d’officiers et je pourrai rendre service me rendre utile. Raymond Garneau a ma compagnie, tout en restant lieutenant. Il est toujours geignard et prétentieux.