Page:Asselineau - Le Livre des ballades.djvu/69

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Duc d’Orléans, moult vous en doit chaloir ;
Car par ſon ſens mainte faute eſt couverte !
Duc des Bretons, plourez ; car je ſuis certe
Qu’affaire avez de luy en vo jeune age !
Plourez, Flamens, ſon noble ſeignourage !
Tout noble ſanc, allez vous adoullant !
Plourez, ſes gens ! car joie vous eſlongne ;
Dont vous direz ſouvent en vous doullant :
Affaire euſſions du bon duc de Bourgongne.

Plourez, Royne, & ayez le cuer noir
Pour cil par qui feuſſes on troſne offerte !
Plotirez, dames, ſans en joie manoir !
France, plourez : d’un pillier eſ déſerte.
Dont ta reçoys esches à deſcouverte ;
Gar toy du mal ! quant mort par ſon oultrage
Tel chevalier t’a toulu, c’eſt dommaige !
Plourez, pueple commun, ſans eſtre lent ;
Car moult perdez, & chaſcun le teſmoingne,
Dont vous direz ſouvent mate & relent :
Affaire euſſions du bon duc de Bourgongne.


Christine de Pisan.