Page:Auclert - Égalité sociale et politique de la femme et de l'homme, 1879.pdf/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


DISCOURS
PRONONCÉ
AU CONGRÈS OUVRIER SOCIALISTE DE MARSEILLE
1879



Citoyens, Citoyennes,

Je viens représenter à ce Congrès deux Sociétés de Paris : le Droit des Femmes, groupe auquel j’appartiens, et qui revendique les droits sociaux et politiques des femmes ; les Travailleuses, association de vente et de production.

Je viens, toute pénétrée d’estime pour cette grande assemblée, le premier des corps librement élus en France depuis tant de siècles, qui permette à une femme, non parce qu’elle est ouvrière, mais parce qu’elle est femme, — c’est-à-dire exploitée — esclave déléguée de neuf millions d’esclaves, de faire entendre les réclamations de la moitié déshéritée du genre humain. Écouter nos plaintes, c’est commencer à vouloir être juste. Admettre les femmes au milieu de vous, au