Page:Augier - Théatre complet, tome 4.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Thérèse.

Pour moi, je me récuse ; après une nuit passée au bal…


Pommeau.

Nous sommes gens de revue, d’ailleurs. (À Thérèse.) Tu nous quittes ? Tu n’attends pas Léon ?


Thérèse.

Non, il m’a prévenue, passé quatre heures, de ne plus compter sur lui.

Victoire ouvre la porte à gauche et fait un signe à Séraphine.

Pommeau.

Allons ! il est écrit que nous ne le verrons plus.

Séraphine M. Bordognon va vous offrir son bras jusqu’en bas.


Bordognon.

Vous me renvoyez, Madame ?


Séraphine.

Aujourd’hui, je ne suis visible que pour mon mari… j’appartiens à mes devoirs.


Bordognon, à part.

Le dimanche ! je repasserai dans la semaine. (À Thérèse, lui offrant le bras.) Madame…

Il sort avec Thérèse ; Pommeau les reconduit.

Victoire, bas à Séraphine.

Madame Charlot est la.


Séraphine, bas.

Tout à l’heure.