Page:Augustin Crampon - La Bible, édition en un volume, Desclée, 1904.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


48. Après ces choses, on vint dire à Joseph : « Voici que ton père est malade. » Prenant avec lui ses deux fils, Manassé et Ephraïm, il se rendit auprès de son père. 2 On avertit Jacob, en disant : « Voici ton fils Joseph qui vient vers toi. » Israël rassembla ses forces et s'assit sur son lit. 3 Puis il dit à Joseph : « Le Dieu tout-puissant m'est apparu à Luza, dans le pays de Chanaan, et il m'a béni, 4 en disant Je te rendrai fécond, je te multiplierai, et je te ferai devenir un grand nombre de peuples ; je donnerai ce pays à ta postérité après toi, pour qu'elle le possède à jamais. 5 Et maintenant les deux fils qui te sont nés dans le pays d'Égypte, avant mon arrivée vers toi en Égypte, seront miens ; Ephraïm et Manassé seront miens, comme Ruben et Siméon.. 6 Mais les enfants que tu as engendrés après eux seront tiens ; ils seront rangés sous le nom de leurs frères quant à leur part d'héritage. 7 Et moi, quand je revenais de Paddan, Rachel mourut en route auprès de moi dans le pays de Chanaan, à une certaine distance d'Ephrata et c'est là que je l'ai enterrée sur le chemin d'Ephrata, qui est Bethléem. »

8 Alors Israël vit les fils de Joseph, et dit : « Qui sont ceux-ci ? » 9 Joseph répondit à son père : « Ce sont mes fils, que Dieu m'a donnés ici. — Fais-les approcher de moi, je te prie, dit Israël, afin que je les bénisse. » 10 Car les yeux d'Israël étaient obscurcis par l'âge, et il ne pouvait plus bien voir. Joseph les fit approcher de lui, et Israël les baisa, en les tenant embrassés, 11 et il dit à Joseph « Je ne pensais plus revoir ton visage, et voici que Dieu m'a fait voir aussi ta postérité. » 12 Joseph les retira d'entre les genoux de son père et, s'étant prosterné en terre devant lui, 13 il les prit tous les deux, Ephraim à sa droite, à la gauche d'Israël, et Manassé à sa gauche, à la droite d'Israël, et il les fit approcher. 14 Israël étendit sa main droite et la posa sur la tête d'Ephraïm, qui était le plus jeune, et il posa sa main gauche sur la tète de Manassé ; c'est à dessein qu'il posa ainsi ses mains, car Manassé etait l'aîné. 15 Il bénit Joseph, en disant : « Que le Dieu en présence duquel ont marché mes pères Abraham et Isaac, que le Dieu qui m'a nourri depuis que j'existe jusqu'à ce jour, 16 que l'ange qui m'a délivré de tout mal, bénisse ces enfants. Qu'ils soient appelés de mon nom et du nom de mes pères, Abraham et Isaac, et qu'ils multiplient en abondance au milieu du pays.

17 Joseph, voyant que son père posait sa main droite sur la tète d'Ephraïm, en eut du déplaisir ; il prit la main de son père pour l'écarter de dessus la tête d'Ephraïm et la porter sur celle de Manassé ; 18 et il dit à Jacob : « Pas ainsi, mon père, car celui-ci est le premier-né ; mets ta main droite sur sa tête. » 19 Mais son père refusa, en disant « Je le sais, mon fils, je le sais ; lui aussi deviendra un peuple, lui aussi sera grand mais son frère cadet sera plus grand que lui, et sa postérité deviendra une multitude de nations. » 20 Il les bénit donc ce jour-là et dit : « Par toi Israël bénira, en disant : Que Dieu te rende tel qu'Ephraïm et Manassé ! » C'est ainsi qu'il mit Ephraïm avant Manassé.

21 Israël dit à Joseph : « Voici que je vais mourir. Mais Dieu sera avec vous, et il vous ramènera dans le pays de vos pèi res. Je te donne, de plus qu'à tes frères, 22 une portion que j'ai prise de la main des Amorrhéens avec mon épée et mon arc. »


4° — chap. XLIX. — Jacob bénit ses douze fils. Sa mort.


49. Jacob appela ses fils et leur dit : Rassemblez-vous, et je vous annoncerai ce qui vous arrivera à la fin des jours.


2 Rassemblez-vous et écoutez, fils de Jacob ;
Écoutez Israël, votre père.

3 Ruben, toi, mon premier-né,
Ma force, et le premier fruit de ma vigueur,
Supérieur en dignité et supérieur en puissance,
4 Tu as bouillonné comme l'eau ; tu n'auras pas la prééminence!
Car tu es monté sur la couche de ton père,
Et tu as commis une profanation ;
II est monté sur ma couche !

5 Siméon et Lévi sont frères ;
Leurs glaives sont des instruments de violence.
6 Que mon âme n'entre point dans leur conseil !
Que mon âme ne s'unisse point à leur assemblée!
Car, dans leur colère, ils ont égorgé des hommes,
Et, dans leur emportement, ils ont coupé les jarrets des taureaux.
7 Maudite soit leur colère, car elle a été violente,
Et maudite soit leur fureur, car elle a été cruelle !



XLIX, x. Vigouroux Le fond, la trame, pour ainsi dire, de cette prophétie, eut fournie en partie par le caractère et les noms des ia en- fants de jacob, en partie par la promesse divine déjà : faite à Abraham, à Isaac et à Jacob, la- quelle garantit à Israël la possession de Chanaan et la domination spirituelle sur tous les peuples


±. La tribu de Ruben habita à l'E. du Jourdain ; l'histoire ne mentionne à son avoir une grande action, ni un Juge, ni un prophète, ni un grand homme quelconque.

7. Siméon ne prospéra pas ; dès le second dénombrement de Moïse (Nombr. xxvi, ia), c'est la tribu qui compte le moins de familles ; ses