Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



« Ce serait un crime de haute trahison, disait Maria à sa sœur, que d’oser révoquer en doute la perfection des gens de ma belle-mère ; moi qui n’exagère jamais ni le bien ni le mal, je puis vous affirmer qu’il n’existe pas dans le monde deux plus mauvais sujets que la femme-de-charge et la femme-de-chambre de la grande maison ; au lieu d’être à leurs affaires, elles battent toute la journée le pavé du village ; je les rencontre partout, et je ne vais pas à l’office sans les y trouver. Si ma Jémina n’était pas la plus fidèle et la plus raisonnable fille qu’il y ait sur la terre, elles me l’auraient gâtée ; elles ne cessent de l’engager à courir avec elles : vous devriez conseiller à ma belle-mère de les mettre à la porte toutes les deux. »

De son côté, madame Musgrove lui disait : « Ma chère miss Alice, je me suis fait une règle en mariant mon fils, de ne me mêler en aucune manière du ménage de ma belle-fille ; c’est le moyen de vivre en paix ; d’ailleurs, je puis vous dire à vous, qui avez du sens et du jugement, que je n’ai pas bonne opinion de Jémina, la bonne des enfans et la favorite de sa maîtresse. J’ai entendu d’étranges choses sur cette fille ; elle est toujours mise comme