Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Charles où le capitaine était avec lui, descendirent la longue colline au-dessus de Lyme, et entrèrent dans la ville ; il était évident qu’ils n’avaient pas plus de temps qu’il ne leur en fallait pour voir l’ami de Wentworth, et courir partout.

Après avoir descendu une rue presque en précipice, ils arrivèrent à l’une des principales auberges ; ils s’y arrangèrent, ordonnèrent le dîner, puis ressortirent pour se promener au bord de la mer. La saison était trop avancée pour jouir des amusemens variés que Lyme offre dans le temps des bains ; les salons étaient fermés, les baigneurs presque tous repartis ; à peine y avait-il d’autres personnes que les habitans. La ville en elle-même n’offre rien de remarquable que sa situation pittoresque, et sa principale rue, qui paraît suspendue au-dessus de la mer ; et une promenade sur le parapet, bordant une agréable petite baie qui est animée, dans la saison des bains, par les baigneurs et les machines ingénieuses construites pour leur commodité : le parapet lui-même, ses vieux murs, ses nouveaux embellissemens, et la belle ligne de montagnes s’élevant à l’est de la ville, voilà ce que les étrangers admirent à Lyme ; et il