Page:Austen - La Nouvelle Emma T1 et 2.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous gouvernent tous. Je sais qu’une fille comme Henriette est justement ce que les hommes idolâtrent, une fille qui enchante leurs sens, et satisfait leur jugement. Oh ! Henriette est faite pour choisir. Et vous-même, si vous deviez jamais vous marier, ce serait la femme qui vous conviendrait. Et doit-elle, à dix-sept ans, entrant dans le monde, à peine connue, exciter la moindre surprise, parce qu’elle n’accepte pas la première offre qu’on lui fait ? Je vous en prie, donnez-lui le temps de se reconnaître. »

« J’ai toujours regardé cette intimité comme une folie, dit M. Knightley, quoique je n’en ai rien dit ; mais à présent je m’aperçois qu’elle deviendra très-nuisible à Henriette : vous la rendrez si fière de sa beauté, et des grandes prétentions auxquelles elle a droit, que bientôt aucun de