Page:Austen - La Nouvelle Emma T3.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mandé s’il pouvait nous rendre quelque service. »

« Oui, nous avons entendu ses offres obligeantes, et tout ce qui a été dit. »

« Oh ! sans doute, ma chère, vous le pouviez, car la porte de cette chambre était ouverte, et la fenêtre de l’autre, et M. Knightley parlait très-haut ; vous devez avoir tout entendu. Puis-je vous y rendre quelque service. Et quoi, mademoiselle Woodhouse ! vous voulez vous en aller ? Il n’y a qu’un instant que vous êtes ici ? »

Emma trouva qu’il était temps de regagner la maison ; la visite avait réellement été longue, et en regardant aux montres, on vit que la matinée était si avancée, que madame Weston et son cavalier, qui prirent aussi congé, ne purent accompagner les demoiselles que jusqu’aux portes d’Hartfield, avant de reprendre le chemin de Randalls.