Page:Austen - Love & Freindship and other early works.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



avec toute l'affection que je pouvais, "Ma chère Mademoiselle Grenville dis-je, tu apparais extrêmement jeune et devrais probablement avoir besoin de conseils de quelqu'un dont le respect avec un âge supérieur, peut-être un jugement supérieur pourrait l'autoriser pour le donner. Je suis cette personne, et maintenant je vous demande d'accepter l'offre que je vous fais en ma confiance et mon amitié, en échange de quoi je demandez seulement la vôtre "

"Vous êtes extrêmement obligeante Ma'am dit-elle et je suis très flattée de votre attention a moi mais je ne suis pas en difficulté, ni d'incertitude ou de situation dans laquelle un conseil pourrait etre interessent. , elle me regardait avec un sourire complaisant, je saurai quoi faire. "

Je me suis incliné, mais je me sentais bien mortifié par une telle repousse; cependant, je n'avais pas abandonné mon point. J'ai trouvée que par l'apparition du sentiment et l'amitié rien ne devait être gagné et déterminé et à être renouveler mes attaques par des questions et des suppositions. "Est-ce que tu as l'intention rester longtemps dans cette partie de l'Angleterre Miss Grenville? "

"Oui Madame, quelque temps je crois."

"Mais comment M. et Mme Grenville vont-ils supporter votre absence ?"

"Ils ne sont ni l'un ni l'autre en vie ma'am"

C’était une réponse que je m'attendais pas. j'étais