Page:Austen - Love & Freindship and other early works.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



comportement noble comme celui-ci, doit faire fondre le cœur de toute femme meme obstinée ; et la divine Henrietta pourrait entendre votre vœux généreux pour son bonheur, tout doux comme son esprit, je n'ai aucun doute mais qu'elle serait la pitié de son affection et essayez de le rendre. " "Oh, Cousin a répondu, n'essayez pas d' élever mes espoirs par des assurances si flatteuses. Non, Je ne peux pas espérer cet ange de femme, c'est la seule chose qui reste pour moi, est de mourir. "" vrai amour est toujours découragé a répondu Moi, mais / mon cher Tom vous donnera même de plus grands espoirs de conquérir le coeur de ce juste, que je ne vous ai encore donné, en vous assurant que la regardait avec la plus grande attention pendant toute la journée, et pourrait clairement découvrir qu'elle chérit dans son sein bien qu'inconnue à elle-même, une affection très tendre pour vous. "

"Chère Madame Scudamore pleurais-je, c'est plus que j'ai jamais su!"

"N'ai-je pas dit que c'était inconnu pour vous? Je ne l'ai pas, continuai-je, vous-en disant cela au début, cette surprise pourrait rends le plaisir encore plus grand. "non Cousin répondit-il d'une voix languide, rien ne me convaincra j'ai pu toucher le coeur de Henriette Halton, et si vous vous trompez, ne tente pas de me tromper. " mon amour c'était le travail de quelques heures pour moi