Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
104
ORGUEIL

de votre société : je me trompe fort s’il n’en est parmi nous pour qui un bal serait plutôt une punition qu’un plaisir.

» — Si vous voulez parler de Darcy, ma sœur, il pourra s’aller coucher, si bon lui semble ; car, quant à donner un bal, j’y suis très-décidé, et avant qu’il soit peu j’enverrai mes invitations.

» — J’aimerais les bals, reprit-elle, s’ils étaient arrangés d’une autre manière ; il y a quelque chose de si ennuyeux dans ces réunions… Au lieu de ne penser qu’à danser, ne serait-il pas plus raisonnable de causer entre soi ?

» — Bien plus raisonnable, ma chère Caroline, je n’en doute pas, mais cela n’aurait pas tant l’air d’un bal. »

Miss Bingley se tut, et le moment d’après se mit à marcher de long en large dans l’appartement : sa taille était légère, et elle marchait bien ; mais Darcy, pour qui seul tout cela se faisait, continuait sa lecture. Désespérée du peu de succès de ses diverses tentatives, elle fit un nou-