Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
109
ET PRÉVENTION

elle est, je crois, trop peu facile, trop peu disposée à se plier aux convenances du monde. Je ne puis oublier aussitôt que je le voudrais les vices et les folies des autres, et encore moins les torts qu’on a envers moi ; ma sensibilité n’a pas tout l’épanchement qu’on pourrait désirer. On dira peut-être que je ne sais point pardonner, car mon estime une fois perdue est perdue pour toujours.

» — Voilà réellement un défaut ! s’écria Élisabeth, un vif ressentiment fait tache dans le caractère ; mais cette faiblesse n’est pas de celles dont on puisse rire : vous n’avez rien à craindre de moi.

» — Je pense qu’il y a naturellement dans tous les hommes une pente vicieuse, une sorte de perversité innée, que l’éducation ne corrige jamais entièrement.

» — C’est donc cette pente qui vous porte à vouloir mal à tout le monde.

» — Comme elle paraît vous porter, vous, à ne vouloir comprendre personne.

» — Oh ! faisons, je vous prie de la musique, » dit Mlle Bingley, fatiguée d’une