Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
148
ORGUEIL

remarquer dans notre rencontre d’hier. Êtes-vous très-liée avec M. Darcy ?

» — Peu, et sans désirer l’être davantage ; j’ai passé quatre jours dans la même maison que lui ; il ne m’a point paru aimable.

» — Je n’ai pas le droit de me prononcer, dit Wickham, sur son plus ou moins d’amabilité, dont ma situation à son égard ne me permet pas de juger : je l’ai connu trop bien et trop long-temps pour être un juge impartial ; mais je crois que votre opinion sur son compte étonnerait bien des gens. Peut-être ne le diriez-vous pas partout avec cette franchise ; vous êtes chez vos parens.

» — En vérité, je ne dis rien ici que je ne puisse répéter dans toute autre maison, hormis Netherfield. Il n’est point aimé dans Herfordshire : sa fierté a blessé tout le monde ; personne ne vous en parlera plus favorablement.

» — Je suis plus surpris que fâché de ce que vous m’apprenez, dit Wickham,