Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
153
ET PRÉVENTION

ainsi, à cet égard, il n’y avait nul obstacle, et je ne crois pas par ma conduite avoir mérité un tel affront. J’ai trop de franchise, je ne sais pas déguiser mes sentimens ; j’ai peut-être eu avec lui trop de sincérité, voilà, je pense, tout mon crime : le fait est que nos caractères diffèrent absolument ; et, en un mot, il me déteste.

» — Cela est affreux ; il mérite d’être déshonoré.

» — Un jour ou un autre, il le sera, mais jamais par moi : pour lui nuire ou le défier, il faudrait que j’oubliasse son père. »

De tels sentimens gagnèrent l’estime d’Élisabeth et ajoutaient aux agrémens qu’elle lui trouvait déjà.

« Mais qui donc a pu l’engager, dit-elle, à se conduire aussi mal envers vous ?

» — La haine qu’il me porte, et que je ne puis attribuer qu’à des motifs de jalousie. Si feu M. Darcy m’eût moins aimé, son fils ne m’aurait vu qu’avec indifférence ; mais l’intérêt particulier