Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
189
ET PRÉVENTION

quille, et dès qu’elle eut cessé de parler, lui dit :

« Je suis persuadé, mon aimable cousine, que personne mieux que vous ne sait juger les choses à votre portée ; toutefois permettez moi de vous faire observer que mon état m’élevant au rang des premiers dignitaires du royaume, je crois, tout en conservant des manières humbles, pouvoir dédaigner les usages établis pour les laïques, je vous prie donc de ne vous point offenser si je néglige vos avis pour n’écouter que la voix de ma conscience ; elle m’engage à offrir mon hommage au parent de ma noble patronne… Croyez, belle Élisabeth, qu’en tout autre moment, votre désir sera ma loi, mais cette circonstance est trop grave pour qu’une jeune demoiselle en puisse juger comme moi, accoutumé par une éducation solide et des études profondes aux réflexions les plus sérieuses. » Et la saluant respectueusement, il la quitta pour s’approcher de M. Darcy, dont l’étonnement de se voir ainsi abordé ne put