Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
191
ET PRÉVENTION

qu’il connaissait le discernement de lady Catherine ; qu’assurément elle n’accordait sa protection qu’aux personnes qui la méritaient : pensée fort juste ! Après tout, j’ai sujet d’être content de lui. »

Élisabeth n’ayant plus aucun intérêt personnel qui pût l’occuper, son attention se porta tout naturellement vers Hélen et Bingley, et les réflexions agréables que ses observations sur eux firent naître, la rendirent presqu’aussi heureuse qu’Hélen. Elle se la représentait jouissant à Netherfield de tout le bonheur que peut offrir un mariage bien assorti, et sentit que dans un pareil moment elle pourrait elle-même éprouver quelque espèce d’amitié pour les deux sœurs de Bingley.

La même pensée occupait Mme Bennet ; Élisabeth s’en aperçut et, dans la crainte d’en trop entendre, s’éloigna d’elle. Ce fut donc pour elle au souper une vive contrariété de se trouver placée tout à côté de sa mère, et sa peine ne fit qu’accroître en l’entendant parler ouvertement