Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
59
ET PRÉVENTION

vous ferez horreur en arrivant à Netherfield, dit Mme Bennet.

» — Je ne ferai pas horreur à Hélen, et c’est elle seule que je veux voir.

» — Est-ce là, Lizzy, dit son père, une manière de me demander les chevaux ?

» — Non, je ne souhaite nullement éviter cette course. Qu’est-ce que trois milles, lorsqu’on a un but ? Je serai de retour pour dîner.

» — J’admire la vivacité de vos sentimens, observa Mary, mais en tout il faut un peu écouter la raison, et votre dessein, selon moi, est parfaitement ridicule.

» — Nous irons avec vous jusqu’à Meryton, dirent Catherine et Lydia. »

Élisabeth y consentit, et ces trois demoiselles se mirent en route.

« En nous pressant un peu, dit Lydia, nous pourrons arriver assez à temps pour voir partir le capitaine Carter. »

À Meryton, elles se séparèrent ; les deux plus jeunes se rendirent chez leur tante, et Élisabeth continua seule son