Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
82
ORGUEIL

mère si Charlotte Lucas avait passé la veille à Longbourn.

« Oui, elle est venue avec son père. Ne trouvez-vous pas sir William fort aimable, M. Bingley ? Ses manières sont si distinguées, il a toujours quelque chose de joli à dire : voilà ce que, moi, j’appelle un homme bien élevé ; et ceux qui croient montrer leur importance par un air froid et dédaigneux se trompent beaucoup.

» — Charlotte a-t-elle dîné avec vous ?

» — Non, elle n’a pas voulu rester. Je pense que sa mère avait besoin d’elle pour faire les minces pies[1]. Quant à moi, M. Bingley, j’ai des domestiques pour tout. Mes enfans sont autrement élevées ; mais chacun fait à sa manière. Les demoiselles Lucas sont de bien bonnes filles, c’est dommage qu’elles ne soient pas jolies ; ce n’est pas que je trouve miss Lucas très-laide, mais aussi elle est notre intime amie.

  1. Gâteaux que l’on fait en Angleterre au temps de Noël.