Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
99
EN PRISON À BERLIN

se soustraire au maigre régime de la prison. Le service postal que l’état de guerre avait laissé subsister entre pays belligérants, très lent et peu sûr, était le seul mode de transport à notre disposition. Nous nous étions bercés de l’illusion que les vivres envoyées d’Angleterre nous parviendraient dans trois semaines tout au plus. Nous dûmes attendre plus de trois mois avant d’être mis en possession des précieux colis contenant les provisions tant désirées.

C’est pendant ces trois mois que nous avons pu concevoir quelles souffrances la faim fit endurer à ces pauvres Polonais qui étaient presque tous privés des secours du dehors. Des volumes ne suffiraient à raconter leurs tortures et leurs supplications… Combien de fois n’ai-je pas vu nombre d’entre eux aller ramasser, dans les cuvettes destinées aux déchets, les pelures de pommes de terre que nous y avions jetées : ils les couvraient d’un peu de sel et les dévoraient.

Au début de cette époque de grande disette, un avis avait été affiché sur les murs de la prison et de la petite cour triangulaire, nous enjoignant de jeter, à l’avenir, les pelures de pommes de terre dans un récipient spécial placé au bout du corridor. L’avis ajoutait que ces pelures avaient une valeur considérable, et qu’on les destinait à nourir les animaux en général, et les vaches en particulier.

Le jour même où cet avis fut promulgué, nous étions cinq ou six prisonniers anglais occupés, à la cuisine, à confectionner une soupe quelconque, lors-