Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ma porte fut ouverte, je demandai au sous-officier s’il voulait bien m’accompagner à la cellule de Williamson. Il fallait pour cela passer dans une autre section de la prison, et il fallait être accompagné. Je pris donc du thé, quelques biscuits, et nous nous dirigeâmes vers le sous-sol. Les portes ouvertes, nous trouvons Williamson debout au milieu de la cellule, les yeux hagards. Je lui dis « Bonjour !… Comment allez-vous ? » … Pas un mot de réponse. — « Avez-vous bien dormi ? » … Pas un mot. — « Je vous ai apporté du thé et des biscuits, si vous désirez autre chose, il m’est permis de vous l’apporter. » Pas un mot : il me regarde fixement, et n’a pas l’air de comprendre ce que je lui dis. Je dépose le thé et les biscuits sur le matelas, car à part le matelas, il n’y a absolument rien dans cette cellule dont le parquet et les murs sont capitonnés. Après quelques tentatives supplémentaires et inutiles pour en tirer quelques paroles, je me retire avec le sous-officier. À neuf heures, je fis mon rapport au médecin de la prison qui ordonna de transporter Williamson à l’hôpital.

Après trois semaines d’absence, Williamson revint à la prison. Il semblait un peu mieux, mais dès la première nuit qu’il passa avec nous, je fus appelé auprès de lui par un sous-officier. Je le trouvai à côté de son lit en pleine crise épileptique. L’attaque passée, nous le replaçons sur son lit et je demeure une heure à causer avec lui. Il me donne des nouvelles des blessés et des prisonniers de guerre anglais