Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
118
MILLE ET UN JOURS

venir de notre côté, le professeur arrivait à ma cellule accompagné d’un sous-officier qui, obéissant aux instructions formelles qui lui avaient été données, fermait la porte à clef sur nous. Le professeur avait apporté avec lui son merveilleux instrument. On lui avait donné la permission de faire de la musique dans sa cellule, et c’est cette délicieuse musique qui avait charmé nos oreilles les jours précédents.

À ma cellule, il nous joua du Gounod, du Bach, etc., etc., et nous tint sous le charme plus d’une heure. Nous avions beau être anti-boches, enfermés dans une prison de Berlin, la musique des maîtres allemands nous ravissait tout comme celle des maîtres français ou autres. L’Allemagne a produit beaucoup et de très grands musiciens, cela est indéniable. Ce serait une erreur grave de croire que ce pays est exclusivement peuplé de ces junkers prussiens bottés, sanglés et éperonnés. Les Polonais, férus de musique, comme tous les Slaves d’ailleurs, étaient à leurs fenêtres, captivés par les sons de cette musique enchanteresse. À la fin de chaque morceau, c’était un tonnerre d’applaudissements, auxquels se mêlaient quelques bravos. Cela fit sensation.

Le lendemain vers la même heure, alors que le professeur était encore à ma cellule, nous charmant de sa belle musique, la porte s’ouvre et le sergent-major fait irruption en coup de vent. Sans se donner la peine de rendre le salut gracieux qui lui est fait par le professeur, il s’écrie à la prussienne, c’est-à-dire d’une voix de tonnerre : — « Vous n’avez