Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Chapitre XX


maclinks et kirkpatrick


Ces deux noms de prisonniers rappellent à mon esprit un des épisodes les plus tragiques de ma vie de prisonnier. Maclinks était déjà à la Stadvogtei quand j’y arrivai, en juin 1915. La porte de sa cellule indiquait qu’il était sujet britannique. Il parlait parfaitement l’anglais. Il prétendait avoir habité Vienne pendant de longues années à titre de correspondant du London Times.

Selon toutes les apparences, Maclinks était un loyal sujet britannique. Il était très bien vu dans les cercles anglais. Il recevait beaucoup d’Anglais dans sa cellule et allait leur rendre visite à son tour. Il ne manquait certainement pas de talent et d’intelligence.

Vers la fin de 1915, arrivait à la prison un jeune homme également de nationalité anglaise et nommé Russell. Russell avait été arrêté à Bruxelles où il habitait. Dès son entrée en prison, il se lia d’amitié avec Maclinks. Ils étaient presque toujours ensem-