Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Chapitre XXIV


un colloque


J’étais donc depuis deux ans dans cette prison de la rue Dirksen, ne pouvant apercevoir, au dehors, qu’une très petite portion du firmament, et le mur d’en face percé d’une cinquantaine de fenêtres armées de solides barres de fer. Comme il a été dit au chapitre précédent, vers la fin de ma première année de captivité, j’avais eu, un jour, la permission de sortir de la prison, de marcher dans les rues pendant une couple d’heures, et de respirer le libre atmosphère de la cité. Ma santé laissait beaucoup à désirer : je ne pouvais ni manger ni dormir ; au moral, j’étais sérieusement déprimé, surtout depuis que j’avais perdu tout espoir de recouvrer ma liberté avant la fin des hostilités. Un jour, le médecin de la prison, M. Becher, un très brave homme, vint me rendre visite à ma cellule. Nous avions eu, à maintes reprises, l’occasion de converser ensemble sur des sujets médicaux. Il savait, naturellement, que j’étais appelé auprès des malades pendant les vingt-trois heures