Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
212
MILLE ET UN JOURS

ainsi conçue : « Pourquoi les instructions, dans le cas de Béland, ont-elles été outrepassées ? »

Je lui fis part de mon ahurissement, je ne pouvais comprendre (?) comment nous avions passé outre les instructions, car, comme je lui faisais remarquer, nous étions allés directement de la prison au Tiergarten.

— « Avez-vous rencontré quelqu’un ? » me demande l’officier.

— « Oui. »

— « Qui cela ? »

— « Le capitaine Wolff, de la Kommandantur. »

— « Ah ! dit-il, voilà toute l’affaire. À quel endroit l’avez-vous rencontré ? »

— « Avenue Unter den Linden. »

— « Unter den Linden, s’écrit l’officier, Unter den Linden ? »

— « Oui, et quel mal y a-t-il ? répartis-je, n’ai-je pas la permission d’aller faire une marche dans les limites de ce parc, et comment puis-je m’y rendre plus directement qu’en suivant l’avenue Unter den Linden ? »

— « Ah ! dit-il, tout cela est vrai, mais ce n’est pas conforme aux instructions que nous avons reçues. »

Et il m’explique comment je devais m’y rendre avec mon sous-officier par le chemin de fer urbain sans passer par les rues. Il ajoute que je ne suis pas censé connaître ces instructions, mais que le sous-