Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
252
MILLE ET UN JOURS

vous paraît si naturel, qu’il ne vous vient pas à la pensée d’en tirer gloire pour vous-mêmes. Mais si vous aviez pu, comme nous, franchir nos frontières et contempler à distance la patrie belge ; si vous aviez entendu le peuple, « l’homme dans la rue », ainsi que s’expriment les Anglais, je veux dire l’ouvrier manuel, le petit employé, la femme de la classe qui peine ; si vous aviez recueilli les témoignages, vivants ou écrits, de ceux qui représentent, avec autorité, les grandes forces sociales, la politique, la presse, la science, l’art, la diplomatie, la religion, vous auriez mieux pris conscience de la magnanimité de votre attitude, vos âmes auraient tressailli d’allégresse et même, je crois, d’orgueil.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Vous voudrez bien reconnaître que je ne vous ai jamais caché mes appréhensions. Je vous ai prêché le patriotisme, parce qu’il est une dépendance de la vertu maîtresse du christianisme, de la charité. Mais, dès l’abord, je vous ai fait entrevoir que, selon mon humble pressentiment, notre épreuve serait longue, et que le succès appartiendrait aux nations qui y mettraient le plus d’endurance.

La conviction, naturelle et surnaturelle, de notre victoire finale est plus profondément que jamais ancrée en mon âme. Si, d’ailleurs, elle avait pu être ébranlée, les assurances que m’ont fait partager plusieurs observateurs désintéressés et attentifs de la situation générale, appartenant notamment aux deux Amériques, l’eussent solidement raffermie.

Nous l’emporterons, n’en doutez pas, mais nous ne sommes pas au bout de nos souffrances.

La France, l’Angleterre, la Russie se sont enga-