Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
22
MILLE ET UN JOURS

Pauvres blessés ! — Ils nous arrivaient, six par voiture, dans des ambulances automobiles. Ceux qui n’étaient pas très gravement atteints, mais dont les blessures avaient donné lieu à une forte hémorragie, nous arrivaient dans un état pitoyable. Le sang qui avait coulé à travers leurs vêtements, et qui s’était coagulé, nous portait d’abord a croire que le pauvre soldat avait été complètement déchiqueté. Heureusement, il nous arrivait le plus souvent de constater, après un examen plus minutieux, qu’il s’agissait seulement d’une petite artère tranchée par une balle, et que sauf la perte de sang un peu considérable, l’état du blessé n’offrait rien de sérieux.

Les plus horribles blessures sont celles qui sont causées par les éclats d’obus de fort calibre lancés par la grosse artillerie. On conçoit facilement quelle profonde lacération des tissus doit faire un de ces éclats de projectiles pesant de 50 à 200 livres. Mais de ces blessures si graves et si pénibles à voir, nous n’en avons guère eu avant le siège d’Anvers.