Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
32
MILLE ET UN JOURS

été le témoin constant de ce lamentable exode. Le matin, me rendant en bicyclette de Capellen à Anvers, je remontais pour ainsi dire le flot des réfugiés, et le soir, en revenant à Capellen, je suivais le même flot, sans cesse s’augmentant et fuyant interminablement.

Comment décrire ce spectacle, grandiose s’il n’eut été si lugubre, et d’un pathétique dont il y a peu d’exemple dans l’histoire : des vieillards, des femmes et des enfants, portaient sur leur dos, dans leurs bras, traînaient dans des brouettes, dans des véhicules de toute description, du linge, des objets de piété, des meubles petits ou grands, des lits, des matelas, des chaises, enfin, tout ce que l’on avait pu emporter… D’autres, j’oserais dire plus fortunés, emmenaient la vache et la chèvre, le vieux cheval, un mouton ou le chien fidèle… Tous allaient tête basse, harassés, déprimés, affaissés.

Je n’oublierai jamais ce pauvre vieillard qui vint, un soir, nous demander asile. Il poussait péniblement, et depuis combien de temps, une brouette dans laquelle était assise sa vieille épouse impotente et paralysée ! Il en fut ainsi tous les jours pendant le siège. À la résidence de Capellen, des centaines et des centaines de réfugiés entraient dans le parc et dans le jardin, et s’improvisaient un gîte pour la nuit, sous les arbres et dans les buissons. D’autres, les vieillards, les femmes ou les malades, étaient admis dans la maison. Les chambres, les corridors, les greniers et les caves, tout était rempli.

Le lendemain matin, ces pauvres réfugiés repre-