Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
MILLE ET UN JOURS

comme on pourrait dire, sur le bout du pied, et s’attendant à voir surgir, derrière les murs des maisons, toute une armée de fantassins.

Ils ne trouvèrent personne ! La ville était à peu près déserte ; il n’y restait que très peu de civils, et pas un seul militaire. Les troupes prirent place devant l’Athénée, et on délégua auprès du quartier général belge un groupe d’officiers pour demander des explications. Au quartier général belge, on ne trouva qu’un concierge, qui, naturellement, ignorait tout au sujet de l’armée. La députation se dirigea alors vers l’Hôtel de ville, où on trouva les principaux officiers municipaux, mais là comme au quartier général, on ne put obtenir de renseignements satisfaisants.

Les parlementaires demandèrent la reddition de la ville, mais on leur répondit qu’elle était sous commandement militaire, et que les autorités civiles n’avaient pas reçu les instructions de la rendre. C’est ce qui explique comment cet officier allemand, que nous avons rencontré, dès le surlendemain, à Capellen, pouvait nous dire que la situation, à Anvers, était très précaire. Cela signifiait, à son point de vue, que les Allemands étaient entrés dans la ville, mais qu’elle ne s’était pas rendue.

La ville et la province d’Anvers étaient tombées sous le talon de l’Allemand. L’armée belge retraita dans la direction d’Ostende, longea la côte jusqu’aux environs de Nieuport où elle prit position. On sait quel rôle important elle a joué derrière les écluses de l’Yser, en barrant la route de Calais.