Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
38
MILLE ET UN JOURS

la servante d’éveiller tout le monde dans la maison, les enfants et les parents venus d’un peu partout qui logeaient chez nous depuis le commencement du siège, et nous tenons un conseil de famille, qui fut aussi, c’est bien le cas de le dire, un conseil de guerre. Tout le monde semblait d’avis que nous devions filer en Hollande. Le bon vieux curé de Schooten, qui était un petit peu de la famille, partageait également cet avis. Je propose alors que ma femme et les enfants partent avec tout le bagage qu’il leur était possible de porter à la main, tandis que moi je resterais avec le vieux Nys, serviteur au château depuis plus de trente ans. Le vieux serviteur était bien consentant, mais, comme on le suppose bien, ma femme s’y objecte. — « Nous resterons tous, ou nous partirons tous. » — Je propose enfin d’aller consulter un vieux Capellois, Monsieur Spaet, homme de grande expérience, allemand d’origine, mais devenu citoyen belge depuis une cinquantaine d’années. Cette proposition fut agréée de tout le monde.

Je me rendis donc chez M. Spaet, à travers la foule de fugitifs qui encombraient encore la chaussée à cette heure tardive. Je trouvai M. Spaet chez lui, et il me dit simplement qu’il n’avait pas de conseils à me donner, mais que si je lui demandais ce qu’il allait faire lui-même, il n’hésiterait pas à me répondre qu’il retournerait dormir aussitôt que j’aurais quitté sa maison. Je revins donc, quelque peu rassuré, et en entrant au château, en présence de toute la famille, et de tous les amis de la famille réunis, —