Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
42
MILLE ET UN JOURS

mand avait échoué, et l’Anglais, sur la neutralité duquel on avait trop compté, était tenu responsable de cet échec !

Je dis à mes nouveaux concitoyens que ma qualité de sujet anglais ne saurait leur être de quelque utilité, mais qu’au contraire elle pourrait leur causer des ennuis, et à moi-même également. On me répliqua, — et je trouvai ce raisonnement assez juste, — que les officiers allemands ne seraient pas au courant de ma nationalité, que dans cette première entrevue, il s’agissait surtout de faire nombre, etc., etc. Nous n’étions que quatre ou cinq, tous les autres citoyens de Capellen, à très peu d’exceptions près, ayant passé la frontière. Enfin, nous tombons d’accord.

À dix heures, un quidam entre en courant dans la salle où nous étions réunis, et dit simplement : « Messieurs, l’officier allemand est là. » J’avais bien vu quelques soldats allemands, prisonniers de guerre, défiler dans les rues d’Anvers, avant la chute de la ville, mais je n’avais jamais vu, de près ni de loin, un véritable officier prussien. Je confesse que ma curiosité se trouvait fortement piquée par l’annonce de sa venue. Avant même que nous eussions eu le temps de sortir de la salle pour aller à sa rencontre, l’officier allemand fit irruption au milieu de nous, saluant de la main et nous adressant la parole en allemand. Il portait le casque à pointe et l’uniforme ordinaire d’un officier d’artillerie. Il avait le grade de capitaine, et, comme il l’expliquait quelques instants plus tard à M. Spaet, au cours d’une conver-