Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pris, pour l’occasion, une attitude un peu hautaine que je ne lui avais jamais connue auparavant. — « À deux heures aujourd’hui, ajoute-t-il, vous devrez partir. Un sous-officier vous accompagnera jusqu’à Berlin et de là à Ruhleben, camp d’internement des civils de nationalité anglaise. »

Après son départ, un voile de tristesse envahit cette lugubre chambre d’hôtel. Nous ne savions que dire. Nous avions encore deux heures à demeurer ensemble, ma femme et moi. Ma femme avait insisté pour m’accompagner en Allemagne. Refus catégorique. Le major avait même eu la délicatesse (?) de la prévenir que sa présence à côté de moi, dans le court trajet entre l’hôtel et la gare, n’était pas désirable.

À deux heures donc, le 6 juin (1915), le sous-officier se présente dans cette chambre d’hôtel, à laquelle nous étions un peu habitués, depuis trois jours que nous l’habitions, et où nous avions rêvé de nous faire un petit home. Les enfants n’étant qu’à quelques milles de nous, pourraient venir nous voir une ou deux fois par semaine… Tout était prêt pour le départ : moment solennel, profondément triste !… Je me séparais à ce moment de ma femme, ignorant — et c’était peut-être heureux qu’il en fût ainsi — que je la voyais pour la dernière fois.

À trois heures, le train entrait en gare de Bruxelles. Nous devions attendre à cette gare un train direct allant de Lille à Libau, Russie. Il entra portant en inscription au-dessus des fenêtres des wagons les