Page:Béland - Mille et un jours en prison à Berlin, 1919.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
90
MILLE ET UN JOURS

cellules sombres ou cachots. Il y en avait quatorze. Les fenêtres de ces cellules étaient munies en dehors, c’est-à-dire du côté de la cour, de contrevents s’appliquant exactement sur les croisées. On y enfermait les prisonniers, de nationalité anglaise surtout, qui s’étaient échappés de Ruhleben et avaient eu le malheur d’être repris au cours de leur fuite vers la Hollande ou la Suisse.

Une entente avait été conclue entre l’Angleterre et l’Allemagne au sujet de la punition à infliger aux prisonniers civils qui s’échapperaient de leurs camps de détention respectifs. En vertu de cet arrangement, tout prisonnier repris après son évasion devait être détenu au secret pendant deux semaines.

La Kommandantur de Berlin, c’est-à-dire le capitaine Wolf qui semblait en être le grand manitou, avait pris sous son bonnet d’interpréter à sa manière cette clause de l’arrangement. Nous vîmes alors arriver dans la cour une équipe d’ouvriers qui fabriquèrent les dits contrevents… Tous les prisonniers anglais qui s’évadèrent par la suite furent jetés dans un de ces cachots. Pendant les quatre premiers jours ils étaient tenus dans l’obscurité la plus complète et nourris au pain et à l’eau. La cinquième journée, on abaissait quelque peu le contrevent, afin de laisser pénétrer un faible jet de lumière et, en outre du pain, on servait à ces prisonniers les deux soupes réglementaires, et douteuses, dont les autres étaient gratifiés. Les quatre jours d’éclipse totale et de pain sec recommençaient, suivis d’une autre journée de lumière et