Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 1.pdf/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Maman, Lindor savait donc plaire ?
— Oui, seul il me plut quatre mois ;
Mais bientôt j’estimai Valère,
Et fis deux heureux à la fois.
            Combien je regrette
            Mon bras si dodu,
            Ma jambe bien faite,
            Et le temps perdu !

Quoi ! maman, deux amants ensemble !
— Oui, mais chacun d’eux me trompa.
Plus fine alors qu’il ne vous semble,
J’épousai votre grand-papa.
            Combien je regrette
            Mon bras si dodu,
            Ma jambe bien faite,
            Et le temps perdu !

Maman, que lui dit la famille ?
— Rien, mais un mari plus sensé
Eût pu connaître à la coquille
Que l’œuf était déjà cassé.
            Combien je regrette
            Mon bras si dodu,
            Ma jambe bien faite,
            Et le temps perdu !

Maman, lui fûtes-vous fidèle ?
— Oh ! sur cela je me tais bien.
À moins qu’à lui Dieu ne m’appelle,
Mon confesseur n’en saura rien.
            Combien je regrette