Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ÉCHELLE DE JACOB


Air : Ah ! si ma dame me voyait (Air noté )


Lorsqu’un patriarche, en dormant,
Vit la plus longue des échelles,
Où, de crainte d’user leurs ailes,
Les anges montaient lestement
Jusqu’aux portes du firmament ;
Il vit ses fils, quelqu’un l’assure,
Sur l’échelle aussi se hisser,
Croyant qu’au ciel on fait l’usure.
Grand dieu ! le pied va leur glisser !

De ce cri du fils d’Isaac
Sa race ne tient aucun compte.
À l’échelle chaque Hébreu monte,
Fraudant eau-de-vie et tabac,
Des écus rognés dans un sac.
Chargés de bijoux et de traites,
Ils vont d’abord, pour commercer,
Aux anges vendre des lorgnettes.
Grand dieu ! le pied va leur glisser !

Mais Jacob en voit deux ou trois
Dont nos désastres font la gloire.