Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ORAISON FUNÈBRE
DE TURLUPIN


Air : C’est à boire, à boire, à boire, etc. (Air noté )


    Il meurt, et la joie expire !
    Il meurt, lui qui si souvent
    Nous a fait mourir de rire
    À son théâtre en plein vent !
    Il nous charmait à toute heure,
                        Ah !
Soit en Gilles, soit en Scapin.
    Que l’on pleure, pleure, pleure
    Au convoi de Turlupin.

    Sans daigner le reconnaître,
    Notre siècle si profond
    A vu Socrate renaître
    Sous l’habit de ce bouffon.
    Pour que son nom lui survive,
                        Ah !
Prends, Clio, prends ton calepin.
    Qu’on écrive, écrive, écrive
    L’histoire de Turlupin.