Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/329

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA MOUCHE


Air : Je loge au quatrième étage (Air noté )


Au bruit de notre gaîté folle,
Au bruit des verres, des chansons,
Quelle mouche murmure et vole,
Et revient quand nous la chassons ? (bis.)
C’est quelque dieu, je le soupçonne,
Qu’un peu de bonheur rend jaloux.

Ne souffrons point qu’elle bourdonne,
Qu’elle bourdonne autour de nous.

bis.


Transformée en mouche hideuse,
Amis, oui, c’est, j’en suis certain,
La Raison, déité grondeuse,
Qu’irrite un si joyeux festin.
L’orage approche, le ciel tonne ;
Voilà ce que dit son courroux.
Ne souffrons point qu’elle bourdonne,
Qu’elle bourdonne autour de nous.

C’est la Raison qui vient me dire :
« À ton âge on vit en reclus.
« Ne bois plus tant, cesse de rire,
« Cesse d’aimer, ne chante plus. »