Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES ROSSIGNOLS


Air : C’est à mon maître en l’art de plaire (Air noté )


La nuit a ralenti les heures ;
Le sommeil s’étend sur Paris.
Charmez l’écho de nos demeures ;
Éveillez-vous, oiseaux chéris.
Dans ces instants où le cœur pense,
Heureux qui peut rentrer en soi !
De la nuit j’aime le silence :
Doux rossignols, chantez pour moi. (bis.)

Doux chantres de l’amour fidèle,
De Phryné fuyez le séjour :
Phryné rend chaque nuit nouvelle
Complice d’un nouvel amour.
En vain des baisers sans ivresse
Ont scellé des serments sans foi ;
Je crois encore à la tendresse :
Doux rossignols, chantez pour moi.

Pour vous il n’est point de Zoïle ;
Mais croyez-vous, par vos accords,
Toucher l’avare au cœur stérile,
Qui compte à présent ses trésors ?