Page:Béroul - Le Roman de Tristan, par Ernest Muret, 1922.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Des que verra li rois Artus
Mon mesage, qu’il vendra ça :
3276Son corage sai des piça.
Li rois respont : « Bien avez dit. »
Atant est li termes baniz
A quinze jorz par le païs.
3280Li rois le mande as trois eschis
Que par mal sont parti de cort :
Mot en sont lié, a que qu’il tort.
Or sevent tuit par la contree
3284Le terme asis de l’asenblee,
Et que la ert li rois Artus,
Et de ses chevaliers le plus
O lui vendront de sa mesnie.
3288Yseut ne s’ert mie atargie :
Par Perinis manda Tristran
Tote la paine et tot l’ahan
Qu’el’a por lui ouan eüe.
3292Or l’en soit la bonté rendue !
Metre la puet, s’il veut, en pes :
« Di li qu’il set bien un marchès,
Au chief des planches, au Mal Pas :
3296G’i sollé ja un poi mes dras.
Sor la mote, el chief de la planche,
Un poi deça la Lande Blanche,
Soit, revestuz de dras de ladre ;
3300Un henap port o soi de madre,
Une botele ait dedesoz
O coroie atachie a noz,
A l’autre main tienge un puiot,
3304Si aprenge de tel tripot.
Au terme ert sor la mote assis :
Ja set assez bociez son vis