Page:Béroul - Le Roman de Tristan, par Ernest Muret, 1922.djvu/148

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Que l’en tornast a vilanie,
N’amor ne prist par puterie.
Dan Marc, trop a ice duré :
4168Qant ele avra eisi juré,
Di tes barons qu’il aient pes.
— Ha ! sire Artus, q’en pus je mes ?
Tu me blasmes, et si as droit,
4172Quar fous est qui envieus croit.
Ges ai creüz outre mon gré.
Se la deraisne est en cel pré,
Ja n’i avra mais si hardiz,
4176Se il après les escondiz
En disoit rien se anor non,
Qui n’en eüst mal gerredon.
Ce saciez vos, Artus, frans rois,
4180C’a esté fait, c’est sor mon pois.
Or se gardent d’ui en avant ! »
Li consel departent atant.
Tuit s’asistrent par mié les rens,
4184Fors les deus rois. C’est a grant sens :
Yseut fu entre eus deus as mains.
Pres des reliques fu Gauvains ;
La mesnie Artus, la proisie,
4188Entor le paile est arengie.
Artus prist la parole en main,
Qui fu d’Iseut le plus prochain :
« Entendez moi, Yseut la bele,
4192Oiez de qoi on vos apele :
Que Tristran n’ot vers vos amor
De puteé ne de folor,
Fors cele que devoit porter
4196Envers son oncle et vers sa per.
— Seignors, » fait el, « por Deu merci !