Page:Büchner - La Mort de Danton, trad. Dietrich, 1889.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


GEORGES BüCHNER


Sur le versant occidental du Zürichberg, en face du bleu miroir du lac et des hauts sommets des Alpes couronnés de neiges éternelles, au milieu d’un des plus splendides paysages que puisse contempler l’œil de l’homme, s’élève une petite colline surmontée d’un tombeau. Le monument, qui attire de loin l’attention du passant, est formé d’un bloc de marbre gris qu’ombrage un tilleul. Sur une plaque de bronze on lit, en allemand, l’inscription suivante :


A LA MÉMOIRE
DU POÈTE DE « LA MORT DE DANTON »,
GEORGES BUCHNER,
NÉ A DARMSTADT LE 17 OCTOBRE 1813,
MORT PRIVAT-DOCENT DE L’UNIVERSITÉ
A ZURICH, LE 19 FÉVRIER 1837.